AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges

Aller en bas 
AuteurMessage
Vegan Crowler

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   Mer 19 Juin - 18:40

   Le soleil levant éblouissait les yeux fins et doux du docteur Vegan Crowler. Perché sur le balcon de ses appartements privés, il régnait tel un maître sur les élèves qui passaient pour se rendre en cours. Il avait les bras croisés et leva péniblement les yeux vers le ciel afin d'y voir l'immensité de bleu entremêlée à quelques nuages. Il se tourna vers la fenêtre de sa chambre et pénétra dans le lieu dit. Vegan se regarda une dernière fois dans le miroir pour réajuster son rouge à lèvres violet ainsi que sa queue de cheval. Le docteur se sentait faibril ces temps-ci et sur les nerfs. La moindre petite chose, la moindre petite bêtise l'énervait et il ne se sentait pas de joie lorsqu'il disputait un élève toute couleur confondue.


Il s'empara doucement, dans un style qui était bien à lui, de ses clefs, referma la porte et rejoignit les couloirs de la Duel Academy. A l'entrée, il passait devant quelques dizaines d'élèves. Souriant en fermant les yeux, Crowler continuait son chemin vers l'entrée et c'est à ce moment précis qu'un élève Râ Jaune l'intercepta car il avait une question sur le cours d'hier. Surpris et totalement exacerbé par cette intervention, il commença à ronchonner.

« Bonjour monsieur, veuillez me pardonner, pourriez-vous expliquer une dernière fois la particularité des monstres feu ?
-Est-ce que vous venez de m'appeler monsieur ?
-Oups, désolé madame !
-VOUS VOUS CONTENTEREZ DE M'APPELER DOCTEUR !!! »

L'élève prit la poudre d'escampette aussi vite qu'il était venu et dans un dédain particulier pour son professeur. Vegan continua jusques à sa salle de classe au deuxième étage. Dans l'escalier un chahut incomparable régnait. Rien qu'à l'approche de l'enseignant, les élèves se turent, bien évidemment.

*Hum Hum, on se demande quel grossier personnage dirige cette école*

Il parcourut avec ses cahiers entre les mains les quelques marches qui le séparait bien malheureusement de sa classe. Des Slifers et des Râ aujourd'hui. Quelle minable journée !


Il entra dans la classe comparable à un amphithéâtre et déposa ses affaires sur le bureau. Il ouvrit grand les yeux et fixa l'ensemble de la classe. Il se mit à arborer un sourire sadique.

*Ils ne vont même pas comprendre ce qu'il leur arrive...*

« Bonjour les enfants ! J'espère que vous vous portez bien ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miki Kumiko

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 02/06/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   Jeu 20 Juin - 22:27

Le téléphone portable de Miki sonna de façon tonitruante. Elle se redressa de son lit grinçant et inconfortable en passant instinctivement sa main au front. Elle sentait sa tête piquer. En somme, elle ne se sentait pas bien pour une journée de cours. De plus, le premier professeur qu'elle avait était le Dr. Crowler juste après. Elle ne détestait pas réellement ce professeur, elle trouvait juste ses cours ennuyants. De plus, elle avait remarqué le dégoût qu'éprouvait le professeur envers les élèves de son niveau. Une matinée qui s'annonçait ennuyante et plein de mauvaises surprises, en somme. 

Après avoir médité cinq bonnes minutes, Miki descendit de son lit puis ouvrit sa garde-robe. Sans réfléchir, elle attrapa un simple pantalon gris et sa veste de Slifer qu'elle enfila par-dessus un débardeur blanc. Elle termina ce qu'elle appelait sa routine matinale en se lavant le visage puis se brossat les cheveux. Elle ne prenait pas la peine de prendre un petit déjeuner : elle n'avait pas faim et comptait acheter un simple croissant à la cafétéria de l'académie avant que les cours ne commencent. Elle sortit donc de sa chambre en fermant le verrou derrière puis elle prit la route du bâtiment l'Académie. 






23 / 07 / 20xx 08h16 – Couloirs




Malade. Pourquoi il faut que les autres parlent aussi fort ? J'ai l'impression d'être saoule dans une boîte de nuit. Et j'ai jamais été saoule dans une boîte de nuit. Il vaudrait mieux que je dorme en cours, tant pis pour le doc', mais la santé passe avant les cours ennuyants d'un travesti... 

Debout contre le mur, un croissant dans la bouche, Miki écrivait des aberrations à propos du professeur qui s'apprêtait à lui faire cours dans son journal numérique. Mais peu importait, personne ne pouvait le lire, son journal, et encore moins le Chronos De Medicis. Elle continua donc d'écrire des insultes et profanations à l'égard de son professeur jusqu'à ce que ce dernier n'arrive donner son cours. Après avoir fini son croissant à bride abattu, elle entra dans l'amphithéâtre comme tous les autres élèves et s'installa dans un coin tranquille. 

A peine s'était-elle installée qu'elle savait que le cours ne se passerait pas comme elle l'aurait voulu. Elle avait remarqué le regard et le sourire sadique du professeur et décida donc de rester dans son coin, sans bruit. Elle ne voulait pas avoir de problèmes, ni avec le professeur, ni avec les élèves. Elle plongea donc sa tête dans ses bras croisés sur la table et ferma les yeux, avec pour intention de se relaxer... 


« Bonjour les enfants ! J'espère que vous vous portez bien ?! »


La voix rauque du professeur qui ressemblait au cri d'une vieille femme sénile résonna dans les tympans de Miki, ce qui eut pour effet d'accentuer sa migraine. C'en était trop. En réponse à ce qu'elle considérait comme une atteinte au sommeil, la fantôme alluma discrètement son téléphone portable de façon à ce que le professeur ne puisse pas le remarquer. Ainsi, se disait-elle, elle pouvait écrire tous les ragots et commérages qu'elle repérait ici et là ou encore continuer d'écrire des insultes envers Crowler sans se faire repérer. Elle trouvait cela assez minable de sa part, mais beaucoup plus amusant que le cours du Docteur. Après tout, le fait de savoir qu'un paquet de cartes constitué essentiellement de monstres de type dragon avait beaucoup de chance d'être un "beatstick" ou encore le fait que les cartes d'attribut EAU sont beaucoup plus puissantes avec la carte de terrain "Océan Légendaire" ne changeait rien à sa vie. 

_________________


>Merci à notre Fonda sadique adorée, Lily-Chwan pour ce magnifique kit.<
> Parlons en #D3D3D3
> Écrivons en #FFFFFF 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vegan Crowler

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   Sam 22 Juin - 19:23

   Un sourire un rien sadique était justifiable. Le sourire du docteur éblouissait pas mal d'élèves. Il saisit alors une copie d'élève ayant eu F à son dernier contrôle. Il lut sans faire le moindre bruit dans cette salle de classe habitée par des élèves ahuris par les mimiques du professeur.

** Ces gamins ne se rendent même pas compte à quel point ils sont idiots ! Que devrais-je faire pour les remettre à niveau ? Ou bien peut être enfoncer une nouvelle fois ces imbéciles de slifers. Imcapables !**


Les murmures provenant du fond de la classe agacèrent rapidement Crowler qui marmonnait dans sa barbe, certes inexistante. Il observa le grand III du contrôle dernier. L'élève avait eu zéro pointé.

**Quel sot celui-ci. Il ne manquerait plus qu'il continue à parler durant ce cours. Ce sera les derniers mots qu'il prononcera dans cette academie. Et dire que nous sommes censé accueillir les meilleurs...**

« Sortez une feuille. Rattrapage de la dernière évaluation. Thème : Les effets d'Umi sur les monstres Eau et Feu. Vous avez 15 minutes... »

Les chuchotements discrets de Slifers furent rapidement maté par ce professeur despotique un rien charismatique.

**Peut être que cette question simple fera le bonheur des plus incapables de cette école...**


Le docteur Vegan Crowler s'assit dans un grincement sourd, representant la fâtigue lourde du début de journée. Un rapide coup d'oeil sur ses aprennants et Vegan se plongea dans le dernier magazine de Domino City sur les duels en Europe. Féru de lecture, Chronos de Medicis ne pensait plus qu'à cela. Il abandonna sa classe à son sort et entama le deuxième paragraphe de la troisième page...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melody MacKenzie

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   Jeu 18 Juil - 4:58

Prise sur le Fait
feat. Miki - Crowler

Heureusement que j'ai des bonnes notes en cours de sport...

D'un bond athlétique, Melody passa par-dessus la volée de marches qui la séparait encore de l'étage où elle était censée se rendre. Elle aurait volontiers chaussé ses rollers pour aller plus vite, mais de telles pratiques étaient – à son grand dam – interdites au sein de l'établissement. Sa position particulière ne justifiait pas non plus qu'elle donne un mauvais exemple. Toutefois, il n'était pas beaucoup plus conseillé de courir dans les couloirs mais cela ne l'empêchait pas d'être condamnée à le faire régulièrement. Ce n'était pas de gaieté de coeur : elle aussi aurait préféré arriver à l'heure. Seulement voilà, s'il fallait bien dire qu'il était déjà arrivé que ce soit de sa faute – soyons honnêtes – cela ne dépendait pas d'elle la plupart du temps. Le retard de ce jour en faisait partie, de ceux si nombreux qu'elle accumulait en étant retenue à une séance de dédicace qui s'était éternisée.

Quand ce n'était pas un concert qui avait commencé plus tard que prévu ou encore qu'il battait tellement son plein que les rappels avaient été nombreux, ce qui avait pour effet d'entamer sérieusement le temps imparti aux heures de classes auxquelles elle était censée assister. Et bien qu'elle ait généralement la chance d'être rapatriée dans les plus brefs délais – par hélicoptère en l'occurrence – cela ne changeait rien au fait qu'elle était bel et bien susceptible de se faire passer un savon. Ce qui n'arrivait jamais dans la mesure où la plupart des professeurs préféraient lui faire des ronds de jambe – voire même pour les plus audacieux du lot lui demander un autographe en échange de quoi ils fermeraient les yeux aussi souvent que nécessaire. Du moins s'en était-elle tirée ainsi jusque là.

Mais à vrai dire, de tous ceux qu'elle avait pu avoir depuis qu'elle faisait officiellement partie des Jaune Râ, celui qu'elle avait malgré elle fait attendre aujourd'hui était sans doute celui qui la mettait la plus mal à l'aise. S'il était de notoriété publique qu'il ne manquait pas une seule occasion de se faire bien voir, elle était pour sa part persuadée que si elle devait un jour être menacée d'un quelconque blâme, c'était de lui que cela viendrait. Il fallait dire que le physique ingrat – et ambigu - de l'enseignant n'était pas fait pour mettre en confiance, et même si elle savait mieux que quiconque qu'il ne fallait pas juger les gens sur leur apparence, le moins que l'on puisse dire de la sienne était qu'elle brillait par sa singularité. Combien de minutes de retard avait-elle déjà ? Dix, quinze...

Pour tout dire, elle n'osait même plus regarder sa montre de peur de voir les choses empirer à vue d'oeil. Elle avait beau être privilégiée, viendrait bien un moment où certains finiraient par ne pas apprécier. Mais pour l'heure, le principal était de sauver les meubles et ce en se présentant envers et contre tout à un cours qui n'attendait plus qu'elle. Mâchonnant tant bien que mal une tablette de chocolat fraichement sortie de son emballage – offrande d'un de ses très nombreux admirateurs – elle ne ralentit pas la cadence avant de s'arrêter dans un dérapage à la fois brutal et artistique devant la porte de la salle de classe en question. Rassemblant le peu de forces qu'il lui restait après cette cavalcade qui l'avait laissée à bout de souffle, la guitariste poussa la porte pour s'introduire dans la pièce d'un pas traînant, se donnant bien du mal pour reprendre contenance.

Dvévolée, ve fuis en retfard ! s'étouffa-t-elle sitôt les portes franchies.

Sans attendre de réponse de la part du maître des lieux, elle descendit les marches quatre à quatre pour trouver sa place à côté d'une Slifer qui, elle l'avait repéré depuis son point de vue surélevé, était plus occupée à pianoter sur son portable qu'à suivre le cours. C'était là le genre de personne avec qui elle avait l'habitude de traîner, aussi était-ce un choix qu'elle qualifierait de parfaitement spontané. Une sorte de réflexe, où une question d'être sur la même longueur d'ondes, comme on dit. Toujours est-il qu'elle s'installa à sa gauche sans tenir compte un seul instant des réprimandes qui pourraient lui être faites, trop heureuse de pouvoir enfin s'asseoir, ayant les jambes rompues après presque trois heures à devoir rester debout. Contrainte de se laisser tomber de tout son poids sur sa chaise, ses jambes ne voulant plus la porter, elle se fit remarquer une dernière fois bien malgré elle, la masse de la guitare qu'elle portait dans le dos ajoutant pour beaucoup à la sienne.

Ne se rappelant sa présence que bien trop tard, elle s'ôta la bandoulière pour la poser à ses côtés en toute discrétion. Un peu tard hélas. Pleine de bonne volonté, elle n'en prit pas moins connaissance du sujet affiché au tableau. Un long frisson dévala presque aussitôt son échine. Aussi naturellement que les chats n'aiment pas l'eau, la musicienne avait horreur des monstres eau et de tout ce qui s'y rapportait de près ou de loin. Elle adorait la pluie et ne se sentait nulle part aussi à l'aise que dans des milieux aquatiques, mais ne s'imaginait pas jouer quoi que ce soit qui comporte des êtres issus de la mer. Elle n'avait jamais su pourquoi, et tout portait à croire qu'elle ne le saurait jamais. C'était inscrit en elle, voilà tout, et elle n'avait aucunement l'intention de faire quoi que ce soit pour y remédier.

Décidément il m'a pas manqué, ce vieil épouvantail... soupira-t-elle intérieurement.

Que ce soit vis-à-vis du professeur ou du thème abordé, elle était dans les deux cas mal tombée. Aussi se laissa-t-elle aller un moment contre le dossier de sa chaise, recouvrant enfin une respiration plus sereine. Avisant du coin de l'oeil la plaquette de chocolat qu'elle avait déposé sur la table à ses côtés, elle s'adressa à celle à côté de qui elle venait de se poser – laquelle, malgré tout le remue-ménage qu'elle avait fait, ne l'avait pas forcément remarquée. C'était difficile à imaginer, mais sait-on jamais. Circuler tant dans ce milieu lui avait fait rencontrer des personnes de nombreux horizons différents et  elle n'en serait au final guère étonnée. Elle avait connu pire.

Tu peux en prendre si t'en veux. Te gêne pas, sers-toi.

Elle lui adressa un pâle sourire. La fatigue ne transparaissait pas sur ses traits car adroitement dissimulée par un maquillage de plus d'une demi-heure, mais il était facile de lire au fond de ses yeux qu'elle n'en pouvait plus et que c'était un miracle si elle tenait encore debout. Cette semaine avait été particulièrement éprouvante et elle ne demandait qu'à pouvoir se reposer un peu. Malheureusement, ce n'était pas pour tout de suite. Elle lui avait adressé la parole sans aucune gêne et se montrait aussi chaleureuse qu'elle l'aurait été avec n'importe qui. Qu'elle ne soit pas du même « niveau » ne lui faisait ni chaud ni froid, Melody n'avait jamais tenu compte de cette classification par couleurs dans le choix de ses relations. Cela ne voulait rien dire, puis n'était pas elle-même d'un niveau suffisant pour qu'on lui propose sans cesse de rejoindre les rangs des Obelisk ? Sans façon. Le côté hautain de ceux-ci,  tout du moins de la plupart, l'avait toujours énervée.

Je vois que ça te passionne autant que moi. lui souffla-t-elle, calculant très exactement le volume de sa voix pour que nul à part elle ne puisse l'entendre. Je crois déjà connaître la réponse, mais tu pourrais me dire si j'ai manqué quelque chose d'intéressant ? Oh, au fait, dis- le moi si je t'embête, t'as peut-être pas envie qu'on te fasse la causette.

Son regard s'attarda longuement sur la silhouette de son interlocutrice, dont l'allure atypique paraissait l'intriguer, voire l'intéresser, mais ne semblait en rien la convaincre de prendre ses distances. De son côté, même si elle s'était coupé les cheveux, il aurait fallu le vouloir pour ne pas la reconnaître, en particulier vue d'aussi près. Surtout quand on pouvait voir son visage absolument partout pour peu qu'on s'intéresse un tant soit peu à l'actualité...

En six mois, la plupart des élèves s'étaient faits à l'idée qu'il y ait une célébrité parmi eux. Ce n'était en soi pas une nouveauté, cela avait déjà été le cas lorsque Edo Phoenix avait fait part de sa volonté de se joindre à eux. Mais à la différence de ce dernier, sa propre réputation était bâtie sur deux aspects radicalement opposés – à une exception près, celle qui les avait rassemblés. À savoir elle-même, et personne d'autre. Appréciée tant pour sa musique que pour un talent dont elle avait déjà fait étalage à de nombreuses reprises, force était de constater qu'elle était encore plus adulée qu'il ne l'avait lui-même été au moment de son arrivée. Simplement vêtue d'un sweat-shirt de couleur terne et d'un pantalon noir de jais qu'agrémentait la veste jaune nonchalamment jetée sur ses épaules avant de se précipiter ici en toute hâte, elle paraissait bien plus naturelle que quand elle était sur scène – même si elle était très loin de jouer un « rôle » lors de ses représentations comme ce pouvait être le cas de la plupart des personnalités du milieu.

Elle était elle-même, mais paraissait tout de suite bien plus accessible. Il n'en demeurait pas moins un peu de cette magie autour d'elle, de ce charme qui rappelle qu'elle fait partie d'un autre monde et ce malgré tous les efforts qu'elle avait pu faire au cours de l'année pour effacer ces préjugés. L'énorme étui qu'elle véhiculait absolument partout avec elle ne faisait qu'en apporter la preuve formelle. Et s'il y avait bien une chose sur laquelle elle avait été intraitable, c'était le droit de l'emmener où elle veut sans que personne n'y trouve rien à redire. Ce n'avait pas été le cas, le corps enseignant étant bien trop heureux d'accueillir une telle attraction parmi les élèves que pour s'arrêter sur des détails si dérisoires – du moins était-ce leur avis avant de voir de plus près la taille de l'instrument, qu'ils croyaient jusque là agrandi par une question de perspective à l'écran. Elle avait eu tôt fait de les détromper à ce sujet au gré d'une petite séance privée. Si la plupart en avaient néanmoins été conquis, il n'était pas dit que tous aient apprécié...

_________________

La Musique donne une Âme à nos Coeurs et des Ailes à la Pensée.


Dernière édition par Melody MacKenzie le Dim 8 Sep - 5:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vegan Crowler

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 30/04/2013

MessageSujet: Re: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   Jeu 8 Aoû - 18:09

Vegan lisait toujours cette revue sur Domino City. On se doutait si la ville avait changé depuis les débuts de Crowler en tant que duelliste! Enfin. L'homme était aujourd'hui Directeur du département tactique et technique! Comme quoi la prestance comptait pour lui. Il lâcha la revue lorsqu'il lui semblait qu'on frappait à la porte. Un simple regard dans l'embrasure de la porte avant de rentrer dans une colère interieure qu'il n'avait pas créé depuis des temps immémoriaux.


  Une élève en retard!!! C'est IMPOLI!! Et Dieu sait que Vegan ne supportait pas les gens impolis. Il se leva d'un bon et resta droit comme un piquet n'ayant plus que le visage rouge comme une pivoine. Il serrait les poings laissant ses ongles rentrer dans la paume de ses mains quelque peu longues. Les dents serrées et le visage renfermé, il ne sut comment s'y prendre pour la gourmander sans ce faire taper sur les doigts par la suite par le doyen. Il croisa les bras et fit une moue défaite. S'avançant à la vitesse d'un escargot, il toisait du regard la retardataire.


  Le docteur passa du rouge sang au multicolore. Mangeant ses lèvres et espérant ne pas à avoir à la frapper malgré sa condition de docteur de la Duel Academy, il commença:

  « J'aimerais grandement savoir pourquoi vous vous permettez d'arriver en retard à mon cours! Si je ne m'abuse vous avez bientôt des examens et il faudrait peut être sortir de votre rêve pour pouvoir reussir vos études! »

  Déjà que Crowler était de mauvaise humeur ces temps-ci, elle repassait une couche d'éosine sur la plaie, comme pour exciter Vegan.

**Mais qu'ont-ils tous à me décevoir?!**

  Puis le professeur reprit la remise en forme de l'élève comme il se devait...

  « Vous allez vous asseoir et vous sortez une feuille votre voisin vous renseignera sur la marche à suivre, vous viendrez me voir en fin d'heure!!! »

  Elle montait les escaliers de l'amphithéâtre tandis que son enseignant la toisait toujours du regard alors que ses lèvres gerçées étaient ensanglantées. Crowler prit une grande respiration et regardait sa montre... Les minutes passaient...

££ 10 minutes plus tard...££

  DRINGGGG!!!! Oui!! Des copies à corriger, super! Vegan se releva de sa chaise et demanda à se qu'on ramasse les copies. Même s'il connaissait déjà les résultats(  A pour les bleus, F pour les rouges) il s'enquit rapidement de les voir. Puis il souria d'une manière machiavélique avant de se redresser et de regarder la retardataire de tout à l'heure...

  « Bien... Rappelez-moi votre nom et ce que nous avions étudier le cours dernier s'il vous plait... »

  Si elle ne répondait pas à cette question dans les deux minutes, Crowler saurait grandement la punir pour ce manque de participation en classe qui devait être justiciable, c'était impoli .

  Toujours pas de réponse et puis les lèvres de l'élèves s'ouvrirent. Peut être avait-elle reminiscence de son nom où des lettres qui le compose tout du moins. Savait-elle l'alphabet???

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melody MacKenzie

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   Dim 8 Sep - 5:03

Prise sur le Fait
feat. Miki - Crowler

Le regard noir lancé par Crowler ne lui avait pas échappé. Celui-ci n'avait jamais eu la moindre once de tolérance envers les élèves et plus encore envers ceux qui perturbaient volontairement ou non le bon déroulement de son cours – ou plutôt de sa séance de torture. Mais Melody n'y prêta pas attention. À quoi bon ? Pour l'avoir déjà vu à l'oeuvre avec d'autres à commencer par l'éminent duelliste Edo Phœnix, la jeune femme ne savait que trop bien que l'enseignant était du genre à se montrer obséquieux si cela pouvait lui donner une chance, si infime soit-elle, de se faire bien voir de quelqu'un d'important. Et même si elle n'estimait pas avoir le niveau de ce cher jeune homme, elle était incomparablement plus célèbre que lui en raison du fait qu'elle jouait sur les deux tableaux. Le monde de la musique et celui du duel, aussi éprouvant que ce soit, lui tendaient les bras.

L'instituteur n'avait tout simplement pas du la reconnaître avec sa nouvelle coupe, et c'était tout à fait compréhensible. Cependant, il allait regretter amèrement ce manque d'attention. Car à peine avait-il commis cette erreur que la guitariste se voyait déjà la retourner contre lui. Les idées ne furent pas longues à germer sous sa tignasse dorée alors que le professeur élevait sa voix aussi mélodieuse que le crissement des ongles sur un tableau noir. Ce n'est qu'à grande peine qu'elle réprima le réflexe qui aurait voulu qu'elle se plaque les mains sur les oreilles pour que ses tympans puissent survivre à cette agression. Pour quelqu'un ayant l'ouïe aussi fine et sensible qu'elle, avoir à subir une telle abomination était un supplice de tous les instants. Heureusement qu'elle ne le voyait pas et surtout ne l'entendait pas si souvent, sans quoi cela ferait un moment que ses talents à la guitare auraient perdu de leur efficacité...

Je me suis excusée... rappela-t-elle entre ses dents, tirant la langue dès qu'elle se fut réfugiée derrière son livre dressé à la verticale en guise de barrière visuelle.

Ce vieil aigri ne perdait rien pour attendre et elle saurait lui faire regretter son geste – ou plutôt ses propos nasillards –, il pouvait en être sûr ! Non pas pour s'en être pris à elle (quoique) mais surtout pour sa sale manie de faire deux poids deux mesures selon que pouvaient lui rapporter ses bonnes relations avec certains élèves. Le changement était radical, c'était le moins que l'on puisse dire, et elle voyait là la parfaite occasion de se venger de ses manières détestables. Enfin, au moins avait-il pris la peine de lui servir sur un plateau une raison de converser avec sa voisine de table en toute impunité. Cette dernière n'avait hélas pas l'air d'être d'humeur propice à la conversation, peut-être par peur de la réprimande. Ce ne serait alors qu'une raison de plus de damer le pion à ce vieux hibou décati.

Mieux encore, il lui laissa dix minutes pour réfléchir plus amplement à son stratagème. Elle l'en aurait presque remercié si cela n'avait pas dévoilé ses intentions avant l'heure. Tout en restant penchée sur sa copie, qu'elle comptait bien terminer dans les temps pour lui donner une leçon malgré le fait qu'elle soit arrivée en retard, elle se mit à réfléchir à ce qu'elle allait lui dire au moment opportun pour lui jeter au visage ses quatre vérités. Mais il y avait tant de choses à dire qu'elle ne savait honnêtement pas par où commencer et devrait donc nécessairement faire une sélection. Qu'à cela ne tienne, elle faisait confiance à son talent naturel pour que les mots ne lui manquent pas quand sonnerait l'heure non pas du duel, mais du réquisitoire. Dès qu'elle eut fini de noircir sa page après s'être assuré de n'avoir omis aucun détail, fermement décidée à rendre un résultat irréprochable, elle se laissa aller contre le dossier de sa chaise et attendit que retentisse la sonnerie et avec elle la fin du temps imparti.

Oh, alors comme ça vous ne vous souvenez pas de moi ? Melody MacKenzie, monsieur Crowler. Cherchez bien, je suis sûre que ça doit vous dire quelque chose.

Comme elle aurait pu le parier, Crowler n'attendait que ça pour s'en prendre à elle... Il ne s'attendait certainement pas à ce qui allait incessamment sous peu lui tomber dessus. Elle se releva parfaitement détendue, tout en se passant une barrette préparée à l'avance dans les cheveux pour mettre ses traits en évidence de manière à ne laisser aucun doute sur la véracité de ses propos. Pour avoir fait la couverture d'un nombre invraisemblable de magazines et avoir contribué à tant de publicités que la tête lui tournait quand elle se promenait en ville. Il faudrait être aveugle pour ne pas la reconnaître de si près, mais elle s'attendait à tout de la part de cette véritable harpie au masculin. Sans varier d'expression, bien qu'elle exulte intérieurement depuis qu'elle avait désserré les lèvres, elle acheva de se redresser pour le toiser de toute sa hauteur.

Bien qu'elle soit nettement plus petite, elle savait que l'avantage était de son côté à compter de l'instant où elle avait décliné son identité. Galvanisée par son assurance et par tous les reproches qu'elle taisait depuis trop longtemps, elle continua sur sa lancée sans changer de ton en dépit du fait que celui-ci soit un rien condescendant et vindicatif à la réflexion. Il n'était pas dans les habitudes de la musicienne d'être rancunière, mais elle ne pouvait passer à côté du moyen rêvé de corriger cet honteux comportement. L'étui à guitare aurait pourtant du lui mettre la puce à l'oreille... C'est pas permis d'être aussi peu observateur. Bah, fallait bien que ça arrive un jour ou l'autre. Il l'a bien mérité ! souffla dans un coin de son esprit sa petite voix intérieure. Pour le meilleur ou pour le pire...

Quant au dernier cours, outre votre humeur exécrable, nous avons étudié les chaînes et le fait que seuls les contre-pièges permettent de neutraliser un autre contre-piège. Puis je faire autre chose pour vous satisfaire, ou avez-vous tyrannisé assez d'élèves innocents pour aujourd'hui ?

C'était osé et elle en avait conscience. Ce n'était pas parce qu'elle était théoriquement à l'abri de toute récrimination qu'elle se l'était permis, mais par pur esprit de justice. Par compassion envers les autres élèves et parce que sa position lui permettait de porter à l'éducateur un coup décisif. Dans son cas, elle aurait pu se contenter de se taire et de lui rappeler poliment à qui il avait à faire et il était fort probable qu'il serait devenu aussi mielleux avec elle qu'il avait pu l'être avec les autres invités de marque. Mais la jeune idole n'avait pas la prétention de laisser les autres s'accommoder de son sale caractère alors qu'elle-même se verrait octroyer de par sa célébrité le droit d'y échapper. Ce ne serait pas juste et ce n'était pas dans ses habitudes de se contenter de profiter de ses prérogatives en laissant les autres se débrouiller. Ainsi attendit-elle les bras croisés.

Il était trop tard de toute façon, la bombe était lâchée. 

Elle assumerait les conséquences de ses actes sans discuter. Ne restait plus maintenant qu'à voir de quelle manière il allait répliquer. Car la riposte de Melody ne laissait pas beaucoup de place à tout ce qu'il était susceptible de dire dans la mesure où elle avait de plus été en mesure de citer exactement le sujet du cours précédent. Même si elle n'était hélas que trop souvent mise en position délicate par son emploi du temps surchargé, la jeune femme était une élève sérieuse et studieuse. Elle mettait un point d'honneur à rattraper son retard dès que possible, quitte à travailler deux fois plus que les autres, n'étant pas particulièrement brillante – à contrario, même – dans bien des matières. Si elle avait pris la peine de s'inscrire à la Duel Academy pour y mener la vie d'une étudiante, ce n'était pas pour s'y tourner les pouces. Et maintenant que c'était à son tour d'être sur le banc des accusés, qu'aurait-il à dire pour sa défense ?

_________________

La Musique donne une Âme à nos Coeurs et des Ailes à la Pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prise sur le fait | Mikki + Elèves jaunes et rouges
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise sur le fait [Ana & Sasha]
» Réunion d'une pieuvre à vingt tentacules fluorescente à points jaunes et rouges qui adore les trousses à tentacules avec le lave-vaisselle-chapeau qui squatte gaiement la cuisine du verre à pied sauteur
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yu-Gi-Oh! GX RPG :: L'île de la Duel Académie ! :: La Duel Académie :: Salles de classes-
Sauter vers: