AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫

Aller en bas 
AuteurMessage
Styvanaellia Smicht

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 28

MessageSujet: ♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫   Mer 3 Juil - 15:15


- ☆ Chapitre 00 ★ -



C'était l'Été depuis bientôt deux semaines, le mois de Juillet commençait à peine son entrée sur scène qu'il avait déjà chauffé toute la Duel Académie sous sa chaleur un peu trop chaleureusement lourde... Mais cela n'était pas pour déplaire à certaines étudiantes qui rêvaient d'être « cuites » comme une bonne partie de ces stars « people » que l'on pouvait voir dans la plupart des magazines appropriés, traitant de ce sujet exclusivement... Décidément, je ne comprendrais jamais ce genre de magazines et encore moins les personnes qui en font la lecture... C'est vraiment débile tout ce qui peut y avoir d'écrit là-dedans, et certaines célébrités ne sont pas cousines avec la modestie... Quand à leurs chevilles je n'ose en imaginer la taille !

Comment je sais tout ça ? C'est assez simple... Par cette belle journée, à 09h37 du matin, aucun cours n'avaient lieu aujourd'hui... Pour quelle raison ? Ça, je l'ignore... Mais cela permettez à tout le monde de profiter de la journée, de se reposer, de vaguer à ses loisirs divers et variés... Non, lire les journaux « people » ne fait absolument pas partis de mes loisirs ! Alors comment j'en suis arrivée à en lire ? C'est simple; m'étant déplacée de bon matin pour aller à l'académie et apprenant une fois arrivée là-bas qu'il n'y aura pas de cours pour ce jour, je me suis laissée aller pour une petite balade dans les enceintes du bâtiment, tombant sur la cafétéria  de l'école par hasard, là où tout un tas d'étudiants avaient pris racines pour la matinée autour d'un verre.

Quel rapport avec les magazines ? J'y viens, un peu de patience voyons... Voyant ce spectacle, je me suis dis autant prendre un petit quelque chose ici et profiter un peu de ce lieu, histoire de se changer les idées quelques minutes. Chose dite, chose faite ! J'étais aller à la cafét' et avait commander un thé glacé avec quelques sandwichs comme ceux qu'on peut voir dans le magasin qu'on a la DA* où l'on achète généralement des paquets de cartes de DDM**... Oui, ces fameux sandwichs « surprises » qu'on ignore la garniture tant qu'on ne les a pas ouverts (et encore...)... C'est vrai que pour moi qui suis végétarienne, qui ne mange aucune chaire animale, considérant que toute vie à une valeur, même minuscule qu'elle soit, c'est un peu idiot de me lancer dans cette mode du « Sandwich Surprise »... Mais ! Ce n'est pas spécialement pour ma personne que j'effectue régulièrement, pour ne pas dire quotidiennement, cet achat ! On va dire que c'est... Pour des « amis »...

Oui, je sais, les journaux « people », on y arrive justement... Après avoir payer ma commande, j'avais pris la décision de m'installer quelques minutes à une table, histoire de faire un peu comme tout le monde on va dire. Une fois assise à ma table, le plateau  installait sur cette dernière dessus  lequel se trouvait mon thé glacé parfumé à la mûre (quelle sublime invention pour moi qui suis une amoureuse des mûres !) et les « surprises » pour mes « amis » qui étaient dans un sac suite à ma demande, je remarquai qu'il y avait des magazines « people » sur la table. Et en jetant un œil autour de moi, je vis qu'il en était de même sur chaque table... Drôle de suggestion en lecture, mais peut-être que la personne qui a eu cette idée a pensée que tous les jeunes d'aujourd'hui aimait lire ce genre de « bêtises » ?  

Ma foi, pourquoi pas... Et c'est comme ça que je me suis retrouvée à ouvrir un « recueil d'idioties », par simple curiosité, et que j'en entama la lecture. Au fil que je lisais, j'entendais par la même occasion des étudiantes non loin de moi discutaient entre elles de ces « pseudos stars » et qui disaient vouloir être bronzée comme « Machin » ou « Machine », avoir les cheveux de « Truc », les jambes de « Bidule »... Et tout un tas d'absurdités de ce genre ! Puis pour finir, elles ont rajoutées qu'elles allaient à la plage aujourd'hui profiter qu'il n'y est pas cours pour aller se dorer la pilule... Alors, entre ma lecture débile sur des personnes vantardes comme pas c'est pas permis et ces « cruches » qui piaillaient à quelques mètres de moi en se lamentant sur le pauvre sort de « Pouet » qui a trompé « Plouf » avec « Paf », s'en était trop... Je me décida à me lever après avoir terminer mon thé, sans oublier d'emporter le sac de sandwichs et quitta la cafétéria avec hâte !

Inutile de vous dire que j'étais bien contente de partir de la cafet', loin de tout ce brouhaha et discutions ridicules, du moindre pour ma part... Parcourant les couloirs de l'académie, je remarqua une pendule sur le mur indiquant 09h53, et par la même occasion, mon reflet à travers les fenêtre qui donnait vue sur une partie de l'île...

J'étais habillée d'une de mes éternelles robes noires; celle à bretelles fines sur laquelle se trouvait de la dentelle blanche à l'extrémité du bas ainsi que du haut au niveau de la poitrine, mes jambes étaient recouvertes de bas blancs tandis qu'à mes mains se trouvaient des mitaines blanches, à mes pieds je portais mes bottes noires dans le style CowBoy que je chérissais tant avec pardessus des guêtres pour chaussures de couleur jaune se mariant parfaitement avec le jaune de ma veste « Jaune Râ » qui se trouvait sur mes épaules. Et pour finir, j'étais comme à mon habitude coiffée de mes couettes qui gouvernaient sur le haut de mon crâne dans lesquelles se trouvaient mes rubans noirs avec la dentelle blanche au bout. D'ailleurs, je remarqua au passage que l'un de mes rubans commençait à se faire la malle, je profita donc du faite que je puisse me voir dans les vitres pour le remettre correctement.

Après avoir terminer cela, et admirer l'île un petit moment depuis les fenêtres, je repris de nouveau ma route, bien décider à profiter de la journée qui s'offrait à moi aujourd'hui ! Et comme j'avais pris la résolution depuis le début de cette année scolaire de laisser tomber un peu les études ainsi que les livres et partir à la découverte de la DA ainsi que de l'île, en plus de me faire des amis, je décida  de partir à l'aventure sur l'île, dans un endroit qui reste toujours frais malgré cette chaleur et où des « amis » se trouvaient... C'était décidé, aujourd'hui ce sera la forêt que j'irais explorer !

Et sur ces bonnes pensées, en peu de temps qu'il ne le faut pour le dire, je sortis de l'académie et partie en direction de la forêt, bien décider à profiter de ma journée !

- « On va où Mademoiselle aujourd'hui ? » me demanda Jiangshi; mon ami qui est l'esprit qu'une de mes cartes héberge.
- « Faire un petit tour en Forêt, profiter de l'air frais là-bas et voir nos quelques amis qui doivent être impatient de nous revoir ! » lui répondis-je, esquissant un doux sourire avec discrétion.
- « La forêt !? » crie t-il, légèrement paniqué.
- « Oui, la forêt... » me contentais-je de répondre calmement, le regardant sur le côté, tout en marchand, poursuivant mon chemin.
- « M-mais, mais, mais... C'est pleins d'insectes là-bas ! Puis, surtout d'araignée dans les arbres ! » continuait-il, toujours paniqué, en me tournant autour tout en se tenant la tête.
- « Courageux va... » terminais-je en fermant les yeux, un sourire amusé dessinait sur mes lèvres.

Oui, il faut que je vous dise; Jiangshi a la phobie des insectes, des araignées en particulier ! Je reconnais que cela est bizarre pour un esprit d'une carte de monstre, mais il a toujours eu une peur bleu de nos petits amis... Et cela m'amuse beaucoup ! Pas que je me réjouisse qu'il angoisse à la vue d'une fourmi, mais j'aime bien l'embêter à mes heures avec ça, quand il m'agace un peu trop à vouloir jouer les « Cupidons » avec moi...

Après un petit bout de chemin d'une vingtaine de minutes, ce qui faisait qu'on était 10h19, nous étions enfin arrivés à destination. Jiangshi, fidèle à lui-même, prit congé pour éviter la vue des insectes quand à moi, je pressa le pas telle une enfant, pénétrant dans la forêt, excitée comme une puce !

De l'extérieur ce n'était que verdure verdoyante et arbres à des kilomètres à perte de vue, mais une fois à l'intérieur, en son antre, la vision n'est plus la même... Un chemin de sable mêlée à la terre parsemé de petits cailloux par-ci par-là au sol nous guidant sur le chemin à suivre, des arbres (bien entendue) majestueux nous gouvernant de hauteur, des buissons un peu partout à côté desquels l'on peut apercevoir quelques « mauvaises herbes » accompagnées de fleurs sauvages, quelques buissons et arbres fruitier à certains endroits bien cachés, les habitants de la forêt que l'on entends tel les bruits de pas sur une branche qui craque ou des insectes volant près de nos oreilles, le soleil qui passe à travers l'épais feuillages des arbres mêlant ainsi un jeu de lumières et d'ombres tel un ballet de danse tandis que le vent frais caresse notre visage tout en sifflotant un air mélodieux digne d'un concerto symphonique... Oui, ça c'était la forêt !

Je commença donc à me balader en ce lieu subliment majestueux, en fredonnant une de mes chansons préférées de Melody MacKenzie; une duelliste pro' ainsi que chanteuse célèbre que j'appréciais énormément. Elle était même venue il y a quelques mois, six mois environs je crois, à la Duel Académie, donnait un concert. Concert auquel j'avais assistée, il y va de soi ! Et que j'avais aimer, ça coule de source.

Tout en continuant de fredonner tandis que je me baladais dans la forêt, je fis la rencontre de quelques un de mes « amis »; les animaux ! Et oui, mes chers amis pour qui j'avais acheté les « Sandwichs Surprises » c'était eux ! J'adore les animaux (ainsi que la nature, ça va de soi) et je passe beaucoup de temps avec eux. Faute de connaître l'île ainsi que l'académie, je connais principalement tous les animaux qui nous entoure ici ! Et je tiens beaucoup à eux, même si cela peut sembler stupide pour les trois quarts des gens... C'est alors que sur ces « retrouvailles », je sortis quelques sandwichs du sac que je me trimballer depuis la cafétéria, ouvrit les emballages, les coupant avec mes doigts en petits morceaux et en fit la distributions à mes amis. Il y avait des Hérissons, des Tamias, des Yama-Nekos (autrement dit des chats sauvages ayant pour nom latin : Prionailurus bengalensis euptilura), des Tanukis et quelques oiseaux sauvages dont une Grue Japonaise...  Et oui, ça en f'sait du monde !

Après ce petit instant avec mes amis, je resta un peu avec eux, offrant une caresse à ceux qui en souhaiter, tout en continuant de fredonner l'air de cette musique que j'avais en tête depuis un bon moment, et je commença ensuite à chantonner les paroles de cette dernière, ayant l'impression d'être accompagnée en musique par un instrument dont j'entendais les quelques notes volaient jusqu'à mes oreilles... Mais cela était impossible ! Ça devait être dans ma caboche; à force de fredonner le même air pendant un moment et de penser à cette chanson, mon esprit, enfin, ma tête ainsi que mes oreilles me jouaient des tours, c'est certain...



* : Duel Académie.
** : Duel De Monstre.



_________________


Ma couleur pour blablater sera #339999.
Et le blablatage de Jiangshi sera #cc99ff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melody MacKenzie

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: ♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫   Ven 5 Juil - 9:27

Notes Musicales Hasardeuses
feat. Styvanaellia Smicht

Pour la énième fois de la journée, Melody passa la main dans ses cheveux. Elle n'arrivait pas à se faire à l'idée d'avoir eu les couper. Non qu'elle soit habituée à les avoir particulièrement longs mais cela faisait des années qu'ils n'avaient plus été aussi courts. C'était cependant un mal nécessaire à compter du moment où l'une des élèves récemment arrivés lui ressemblait pour ainsi dire comme deux gouttes d'eau. Si elle s'était pour sa part tout à fait accoutumée à la célébrité et à tout ce que cela implique dans la vie de tous les jours, elle ne souhaitait cela à personne qui n'y ait pas déjà été initié. Tenant à lui épargner cette corvée, elle avait en conséquence modifier son apparence. Il n'en faudrait pas plus pour que le monde entier en soit au courant tant il n'était pas rare qu'au moins un journal ou autre magazine publie une photo d'elle aussi récente que possible durant certaines périodes.

Si elle conservait cette dorure lumineuse qui la caractérisait, sa crinière était nettement plus courte. Il ne lui semblait d'ailleurs pas qu'elle ait fait cette taille depuis le début de sa carrière, si ce n'est depuis son entrée dans l'adolescence. Cela ne lui déplaisait pas, mais après avoir passé tout ce temps à les avoir mi-longs – et à se voir avec sur quantité d'affiches et autres couvertures de revues en tout genre – il lui faudrait un moment pour se faire à cette idée. Néanmoins, cela lui ouvrait de nouvelles possibilités qu'elle ne pouvait ignorer. Celle de l'anonymat. Car pour peu que certaines personnes ne soient pas encore au courant, elle pouvait très facilement se faire passer pour une élève comme les autres sans que personne ne soupçonne sa véritable identité. Son visage était certes aisément reconnaissable, mais sa chevelure aurait tôt fait de les induire en erreur et de leur faire penser que c'était elle le sosie.

Il fallait ajouter à cela qu'elle avait – pour fêter l'occasion à sa manière – abandonné ses tenues les plus ostentatoires au profit d'un accoutrement beaucoup plus commun comme elle n'en portait que rarement. De ces tenues qu'elle doit réserver à ses très rares moments de détente sans quoi son agent n'en finirait plus de lui asséner des « tu ne vas tout de même pas sortir comme ça » et autres amabilités. Et pour s'y sentir particulièrement à l'aise, s'étant lassée des tenues de soirée toujours plus excentriques qui lui étaient habituellement confiées, elle avait déjà dans l'idée de garder un moment ce choix de vêtements – du moins quand elle était « en civil ». Tant qu'à y être, elle avait même fait une croix sur la veste censée indiquer son « grade » au sein de l'Académie.

L'avoir sur le dos n'était de toute façon qu'une formalité d'usage dans son cas précis puisqu'elle n'aurait eu qu'à claquer des doigts pour en obtenir une bleue, et même un cocktail avec ça si tel était son désir. Un peu trop gâtée, elle l'était sans aucun doute, mais pour n'en abuser qu'exceptionnellement – le plus souvent pour se dispenser d'une quelconque punition due à ses retards répétés – elle pouvait bien se le permettre, pas vrai ? Ainsi déguisée, elle s'était donc faufilée à l'extérieur des quartiers assignés aux Jaunes. Si savoir qu'elle en faisait partie n'aurait pas nécessairement suffi à leur mettre la puce à l'oreille, qu'elle sorte de cette chambre plutôt que d'une autre – cette espèce de suite royale qui n'avait rien à envier aux plus beaux dortoirs que les Obelisk aient à offrir – la trahirait un peu trop vite à son goût. Le port de l'uniforme était d'autant moins impératif qu'il n'y avait pas cours aujourd'hui et qu'elle pouvait à loisir flâner sur le campus aussi longtemps que le climat le lui permettrait.

Celui-ci étant au beau fixe, elle n'avait pas à s'en faire à ce sujet à priori. La chance d'en profiter lui aurait sans doute été refusée si elle était sortie dans son apparat de tous les jours. Même si, pour être une experte des relations sociales ainsi que de la bonne humeur contagieuse, il était peu commun qu'elle rejette le contact, elle avait parfois besoin de s'aérer un peu loin de tout ça et de faire le point. Non qu'elle se sente mal dans sa peau ou quoi que ce soit ; elle avait tout simplement envie d'être une personne normale pour une fois, de ne pas oublier qui elle était. Et pour cela, quoi de mieux qu'une balade en forêt ? Le plus difficile avait été d'emprunter un chemin grâce auquel nul ne pourrait voir la guitare qu'elle portait sur le dos.

Car si elle avait pris soin de modifier son allure pour ne rien laisser paraître de son train de vie aisée, elle ne pouvait se résoudre à tromper sa guitare bien-aimée en la remplaçant par une autre – et ce n'était pourtant pas faute d'en avoir deux ou trois de rechange sous la main, cadeaux de ses sponsors bien-aimés.

À peine arrivée dans une clairière dont elle était seule à connaître l'emplacement, elle la sortit donc de son étui afin de commencer à accorder ses cordes fraîchement changées. Déjà que les concerts étaient souvent très éprouvant pour l'instrument, avec lequel - et grâce auquel - elle se donnait sans modération, il fallait également tenir compte du fait qu'elle pratique régulièrement pendant son temps libre. Chez elle, la musique n'était pas un outil pour se faire de l'argent. Elle avait ça dans le sang. Ainsi pouvait-on régulièrement entendre quelques notes une poignée de mètres à la ronde tandis qu'elle faisait les derniers ajustements.

Elle ne risquait pas d'être dérangée, la plupart des élèves ne voulant même plus risquer de poser les pieds dans la forêt après que tant d'événements surnaturels aient frappé la Duel Academy et ses occupants. Elle ne pouvait pas leur en vouloir, elle ne serait sans doute pas beaucoup plus rassurée si elle avait été impliquée de près ou de loin dans cette sordide histoire de monde parallèle. Étant en tournée lorsque cela s'était produit, elle avait pu y échapper mais tous n'avaient pas eu cette chance. Mais à défaut, elle ne pouvait se résigner à tourner le dos aux paysages idylliques que l'on pouvait trouver de part et d'autre sur cette île. Peut-être qu'elle changerait d'avis si un malheur devait lui arriver, mais en attendant...

À peine avait-elle commencé à fredonner quelques notes de l'une de ses chansons qu'elle entendit une autre voix lui faire écho à proximité. Damn ! Déjà repérée ?! Elle n'aurait pas pensé que son timbre puisse porter aussi loin. D'un autre côté, elle-même n'aurait sans doute pas perçu que l'on imitait son chant doucereux si ses sens n'étaient pas aiguisés dès qu'elle se mettait à jouer. Après avoir jeté un regard circulaire aux alentours, elle ne vit personne qui soit susceptible de l'écouter d'assez près. En tendant l'oreille, elle s'aperçut que contrairement à elle qui avait été contrainte de s'interrompre sous le coup de la surprise, « l'autre » continuait à chanter avec une assurance qui démontrait qu'il ou elle en connaissait les paroles par coeur. C'était plutôt flatteur.

Ne pouvant pas continuer alors que sa curiosité avait été piquée au vif, Melody ramassa ses affaires et se dirigea à pas de loups vers ce bruit pour en identifier la provenance. Bien qu'éviter la moindre brindille qui pourrait craquer sous son poids – il était temps de se mettre au régime ! - l'ait considérablement retardée, elle ne mit pas longtemps à retrouver la trace de cette fan qui, ne semblant effectivement pas l'avoir remarquée, poursuivait son chant indifféremment. Ce fut alors au tour de Melody de lui faire écho, se calquant si bien sur le rythme qu'elle avait adopté qu'il lui serait sans doute difficile de s'en rendre compte avant plusieurs secondes – de même qu'elle aurait probablement du mal à la reconnaître, même si sa voix était toujours aussi mélodieuse. Ses parents avaient eu du flair en choisissant son prénom.

...You listen to your voice, listen to your heart, do you even smile ? conclurent-elles finalement en choeur.

C'est une jolie chanson, pas vrai ?

Si la demoiselle – car c'en était une – avait jusque là pu croire que ce n'étaient que ses souvenirs qui se mêlaient à sa propre voix, elle devait désormais avoir la certitude qu'elle n'était pas seule. Et pour la rassurer immédiatement, bien qu'elle estimât que son ton enjoué devait déjà l'avoir bien assez fait, elle la gratifia d'un sourire radieux. Contrairement aux artistes qui n'en pouvaient plus qu'on leur parle de leurs anciens succès, elle vouait une affection à chacune de ses chansons car la plupart avaient pour elle une signification précise, lorsqu'elle ne faisait pas allusion à une période de sa vie. Bien entendu, il n'y avait que peu de personnes dans la confidence malgré sa nature très ouverte et c'était le genre d'information qu'elle ne confierait jamais à la presse tant les journalistes se jetteraient dessus comme autant de charognards sans chercher à en comprendre le sens.

Je viens souvent ici, mais je ne t'ai jamais vue. Alors, qu'est-ce qui t'amène ?

D'un mouvement d'épaule, elle fit remonter la bandoulière de son étui à guitare qui faisait mine d'en glisser et fit mine d'inspecter les environs d'un oeil interrogateur. Ce n'était pas la partie la plus reculée de la forêt, mais peu s'en faut. Quand on savait que la majeure partie des étudiants étaient réticents à en franchir ne serait-ce que la lisière, il y avait de quoi se poser des questions sur les raisons de sa présence ici. Sans parler de son comportement pour le moins inhabituel : pour les avoir essayé elle-même, Melody savait que les sandwichs que l'on vendait à la cafétéria étaient infects pour la plupart, mais de là à venir aussi loin pour les jeter et surtout en telles quantités, c'était peut-être un peu excessif.

Moi, comme tu peux le voir, j'étais en train de chercher un coin pour répéter et...

Malgré la réputation peu élogieuse qu'avaient ceux-ci, nombreux étaient pourtant ceux à se ruer dessus dans l'espoir de dénicher l'un de ceux dotés d'un goût unique. Beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Et même si elle avait rapidement résolu de n'en acheter aucun tant le risque de déception était grand, force était de constater que la seule vue de ceux qui restaient dans les mains de son interlocutrice suffit à révolter son estomac. Un éclair de lucidité lui traversa alors l'esprit : elle s'était tellement précipitée qu'elle en avait oublié de prendre de quoi manger. Pratiquement pliée en deux par la faim dévorante qui s'était emparée d'elle tout à coup, elle porta une main à son ventre comme si cela allait y changer quoi que ce soit et s'efforça de ne pas tomber.

Ouais, ce sera peut-être pas pour tout de suite le régime... N'avoir que très peu mangé la veille n'était pas pour l'aider à se sentir mieux. Relevant les yeux vers sa vis-à-vis, elle l'implora du regard comme si cela allait ajouter un quelconque poids à sa demande :

Dis-moi, t'en aurais pas un en trop par hasard ? Je le paierai, t'en fais pas, mais là je meurs de faim. Tu voudrais quand même pas avoir ma mort sur la conscience, pas vrai ? ajouta-t-elle sur le ton de la plaisanterie, bien que cherchant à l'apitoyer.

_________________

La Musique donne une Âme à nos Coeurs et des Ailes à la Pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styvanaellia Smicht

avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 11/06/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: ♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫   Dim 7 Juil - 20:31


- ☆ Chapitre 01 ★  -
~ La Rencontre De Notes Qui Lient Les Cœurs ~


Tandis que je me persuadais que mes oreilles me jouaient des tours en complicité avec mon cerveau qui devais avoir enregistré la musique sur laquelle j'étais passée de la « fredonnette » à la « chansonnette », je continuais de chanter les paroles paisiblement sereine tout en en piochant à nouveau un sandwich duquel j'entamai une nouvelle fois la « dissection » avant de le distribuer en petits morceaux à mes amis les animaux. Je ne pouvais m'empêcher de les contempler partageais « leur repas » tout en chantant avec douceur, me laissant transportée tout doucement dans mes souvenirs...


Alors que les habitants de la forêt terminèrent de grignoter tranquillement avant de me quitter tour à tour, un par un, deux par deux, je commença à fermer les yeux, me laissant emporter par la musique, me redressant doucement mais sûrement pour me lever suite à mon abaissement au sol à cause de la distribution des « surprises » aux boules de poils (et à plumes !) ainsi que des caresses à qui le désirer...


Laissant le vent jouait avec mes cheveux; ou plutôt mes deux longues couettes, qu'il invitait dans une douce danse à laquelle ma robe se joignait virevoltant au rythme de la valse de l'air, laissant flotter ma veste ainsi que mes rubans au tempo de la brise qui me donnait l'impression d'être en écho lorsque je chantais, comme si je n'étais pas seule... Mais cela devait être tout bonnement impossible ! Je persistais à penser que cela devait être dans « ma tête » et que cette dernière me jouaient des tours en duo avec mes oreilles... Ou alors, le vent faisait tout simplement écho dans la forêt avec ma propre voix... Ce qui me sembler peu probable mais plausible ainsi que logique.


Enfin, une chose était certaine... J'étais seule ! La plupart des élèves évitant cet endroit comme la peste depuis les événement de ces trois dernières années, je vois mal quelqu'un se ramener dans les parages pour faire une virée dans la Nature... À part alors un nouveau, ou un élève étranger, et encore... Avec tout ce qui s'est passé et les étudiants qui en parlent encore aujourd'hui ou qui s'amusent à raconter quelques histoires autour d'un feu lors de certaines soirées auxquelles ils invitent les nouveaux arrivants histoire de leur faire une petite frayeur... Il y a pas fou qui viendrait ici,  sans compter le dortoir abandonné situait non loin de là où il y a interdiction formelle d'y pénétrer sous peine de sanctions sévères qui pourraient aller jusqu'à l'exclusion de l'académie !


Non, franchement, il n'y aurait pas un seul « malade » sur cette planète (ou plutôt sur cette île devrais-je dire) qui aurait en l'idée de visiter la forêt... Donc je pouvais me laisser aller tranquillement, chanter en toute liberté avec soin de ma jolie voix qui me value d'être dans la Chorale du collège jusqu'au lycée autrefois, ainsi que de travailler comme chanteuse dans un café théâtre lorsque j'ai commencée le boulot comme serveuse et bonne à tout faire dans le milieu de la restauration (ainsi que de l'hôtellerie) un beau jour où le patron passait par-là tandis j'étais à la « plonge* » et que je chantais à tue tête, me croyant seule... Et à partir de là il m'a proposé d'augmenter mon salaire si je voulais bien jouer les « chanteuses » sur scène les soirs où il n'y aurait pas de représentations, histoire de pas perdre de clients à cause de soirées « vides** » alors qu'on pourrait faire des événementielles tous les soirs.


Enfin, cela est un détail de l'histoire... Juste pour dire que dans le chant je me débrouille pas trop mal et que je ne casse pas les oreilles ni les verres qui pourraient êtres tentés de volaient en éclat au son de mes cordes vocales !


Me sentant parfaitement en sécurité de la vue de quiconque, je poursuivais la chanson que j'avais entrepris depuis un moment avant de conclure dans un dernier éclat de voix mélodieux « ... You listen to your voice, listen to your heart, do you even smile ?  » et là... J'avais nettement l'impression de ne pas être si seule, que mes oreilles avec ma tête ne me jouaient pas de vilains tours, que le vent n'y était pour rien aux échos ainsi que la vaste profondeur de la forêt dans laquelle ma voix aurait pue s'entendre au loin et me revenir...


Et mes « craintes » (si l'on peut appeler cela ainsi) se confirmèrent lorsque j'entendis une voix plutôt mélodieusement enjouée ainsi que féminine me demandant tout en m'affirmant « C'est une jolie chanson, pas vrai ?  ». À ses mots, j'ouvris immédiatement les yeux ! Je me retourna vers mon interlocutrice qui me regardait tout en m'offrant un radieux sourire,  tandis que moi pour l'une des rares fois dans mon existence, je n'affichais pas cette mine impassible, au contraire; j'avais les yeux grands ouverts tel une enfant qui venait de voir le Père-Noël (ou une chose tout aussi surprenante) avec un air étonné affichait sur le visage, me questionnant sur le pourquoi du comment de la présence de cette demoiselle ici tout en me demandant depuis combien de temps elle était là... ?


Mais c'était évident à mes yeux (ainsi que oreilles) qu'elle devait être là depuis un bon moment, pour ne pas dire depuis le début de mes démonstrations vocales de « chanteuse » du Dimanche...


C'est alors que je ferma les yeux, effectuant un léger mouvement de tête pour ramener mes longues couettes à mes côtés qui continuaient à filer dans le vent, et ouvrit à nouveau mes mirettes pour regarder la jeune femme qui se trouvait devant moi. Mais cette fois, mon air étonné qui n'est de sorties que tout les trente-six du mois avait laissé place à l'éternelle mine impassible d'un calme olympien qui me collait très souvent à la peau (enfin, surtout au visage).


- « ... Oui, c'est en effet une bien jolie chanson... Que j'affectionne particulièrement d'ailleurs. » affirmais-je d'un léger hochement de tête, terminant par un petit sourire discret qui venait à présent se poser sur mes lèvres, mettant une touche de « chaleur » à mon expression un peu trop « froide » peut-être ?


Je me permettais de détailler l'étudiante face à moi, car oui, s'en était belle et bien une vue son âge (selon moi), mais impossible de savoir si c'était une « Rouge Slifer »« Bleu Obélisque » ou une « Jaune Râ » pour la simple et bonne raison qu'elle n'avait aucun uniforme... Mais ce n'est pas cela qui allait m'empêcher d'essayer d'en savoir plus à son sujet. C'était une demoiselle plutôt jolie, très jolie même... À la chevelure dorée comme les blés, une blonde aux cheveux assez courts, avec des yeux en amandes d'une couleur dorée également... Elle semblait assez fine à la vue de son visage gracieux ainsi que niveau corpulence aux vues des formes de ses vêtements dans un style plutôt décontracte et niveau hauteur on devait faire plus ou moins la même taille, enfin... Si on enlevait les bons cinq-six centimètres de mes plates-formes en plus !


Ça devait être une « sorte » d'artiste, passionnée de la musique (vue qu'elle s'était « faufiler » dans ma chansonnette) car en plus de chanter comme j'ai pue l'entendre ainsi que d'avoir une bien jolie voix, elle avait sur le dos (ou plutôt derrière devrais-je dire) un grand étui à guitare à en juger par l'apparence de ce dernier ainsi que la taille... C'était peut-être elle les notes de musiques que j'avais perçue quand je me suis mise à chanter tout à l'heure, me persuadant que ça se passait dans ma tête ? Oui, il devait y avoir des chances que ce soit son oeuvre...


Alors que je termina ma petite inspection visuelle, la sympathique inconnue dont j'ignorais l'identité pour le moment (mais qui me faisait sacrément penser à quelqu'un mais impossible de savoir qui donc...) m'adressa de nouveau la parole « Je viens souvent ici, mais je ne t'ai jamais vue. Alors, qu'est-ce qui t'amène ?  » tandis que la bandoulière de son étui tenter de se faire la malle, elle la remonta d'un simple mouvement d'épaule simplement précis et rapide, tandis qu'elle regardait les alentours tel un inspecteur s'interrogeant sur la présence d'un suspect sur le lieu du crime.


- « Mes amis; les animaux... » lui répondais-je tout simplement, en lui montrant légèrement du bout du doigt quelques miettes de pains qui restaient des sandwichs que j'avais parsemer au sol autour desquelles il restait encore quelques fauvettes gourmandes. Et je repris « Je viens moi aussi souvent ici, depuis longtemps même, voir les animaux et m'en occuper. Ainsi que chanter à l'abri des regards ! » terminais-je en riant avec légèreté, amusée et confuse d'avouer cela, puis je rajouta une fois finie de rire «  Mais depuis peu je tente d'explorer la forêt ainsi que toute l'île à dire vrai... Mais cela est un détail de l'histoire... » finis-je par dire, fermant les yeux en souriant discrètement comme à mon habitude.


Puis elle reprit aussitôt à son tour « Moi, comme tu peux le voir, j'étais en train de chercher un coin pour répéter et...   » mais elle s'arrêta net quelques instants, comme figée ! La demoiselle commença à se plier légèrement beaucoup en deux, posant une main sur son ventre, limite entrain de se laisser tomber au sol sous certainement le poids d'une douleur vue l'état actuel dans lequel elle se trouvait...


- « Hey ! Est-ce que ça va ? » ne pouvais-je m'empêcher de demander, restant calme mais m'inquiétant tout de même pour elle, malgré que je la connaissait absolument pas, mais que je connaisse oui ou non quelqu'un, quand je vois une personne en difficulté, je ne peux m'empêcher de m'inquiète et vouloir aider... Oui, je suis bizarre, et alors ?


Ensuite je la vis redresser la tête très légèrement, relevant son regard vers moi tel un « chien battu*** » pour finalement me dire « Dis-moi, t'en aurais pas un en trop par hasard ? Je le paierai, t'en fais pas, mais là je meurs de faim. Tu voudrais quand même pas avoir ma mort sur la conscience, pas vrai ?  » termina t-elle par ajouter avec un ton plaisantin. À ses mots de fin, je ne pus m'empêcher de lâcher un soupir d'entre mes lèvres, soulagée que ce ne soit pas si grave, et riant avec gentillesse, amusée par la mise en scène de fin digne d'un théâtre comique.


- « Il se trouve que par hasard il m'en reste un peu plus d'un dois-je l'avouer... Trois pour être plus précise. » lui dis-je en la regardant d'en haut, étant toujours debout sur mes jambes tandis qu'elle n'était pas loin du sol. J'esquissai ensuite un sourire, m'abaissant pour m'agenouiller à son niveau et lui offrir les trois sandwichs que je lui tendais dans les paumes de mes mains.  « Et pas besoin de payer, c'est cadeau ! Mais si tu t'obstines à vouloir le faire, je te dirais que le montant total de ce que tu me dois équivaut à ce que tu restes en vie !  » ajoutais-je en terminant par rire amusée, gentiment, et heureuse finalement que je ne sois pas la seule à venir dans cette forêt, car peut-être que cela va permettre à lier une nouvelle amitié, et me faire une amie... ? Qui sait...


Après avoir donner les sandwichs à la jeune demoiselle, je la laissa à sa dégustation tranquille, espérant qu'elle tombe sur un bon numéro car avec les « Sandwichs Surprises » c'était vraiment la surprise comme leur nom l'indiquait si bien !


Pendant ce temps, je leva la tête au ciel, voyant ce dernier par « brindille » à travers l'épais feuillages des arbres qui laissaient entrevoir quelques rayons de lumières qui dansaient avec l'obscurité des ombres que produisaient ces arbres majestueux, créant ainsi une ambiance détendue au calme habituel de ce lieu magnifique... Sans compter le vent qui passait nous voir de temps en temps, créant de douces brises fraîches qui jouaient avec nos cheveux, ainsi que l'air frais naturel qui gouverne en cet antre, grâce à qui sûrement nous empêchait de tomber sous cette folle chaleur tapante alors que nous étions à peine 10h45, la fin de matinée étant sur la route...


Je jeta un rapide coup d’œil à ma « collègue » blonde pour m'assurer que ça allait mieux, tandis qu'un petit oiseau; une fauvette plus précisément, vint se poser sur l'un de mes genoux en gazouillant gaiement, sûrement content d'avoir bien manger et voulant me remercier du repas. Je le regarda tout en souriant et lui tendit mon doigt sur lequel il monta, et je commença à chantonner tout doucement, accompagné de son gazouillement, offrant par la même occasion un « repas spectacle**** » à, qui sait, une future amie... ?


Après notre petit chanson, la petite fauvette pris son envol en gazouillant gaiement à travers les branches des arbres dans lesquelles elle virevoltait jusqu'à qu'on ne puise plus l'apercevoir, disparaissant au fin fond du chemin... Je regardai dans sa direction et finie par dire « Il serait bête de se laisser mourir de faim à l'avenir après un tel spectacle, non ? » dis-je sur un ton rieur, amusée par la plaisanterie et me redressant, tendant une main à la demoiselle, l'invitant en lui proposant mon aide pour se relever.


- « ... Alors, comment te sens-tu ? Ça va mieux, Heu... ? ...  » lui demandais-je, une fois debout, m'inquiétant toujours quand même un peu à son sujet... Mais me ramenant à la dure réalité que c'était tout de même une inconnue, dont j'ignorais la section ainsi que l'identité... Enfin, son identité, ce n'est pas tellement grave, mais pouvoir mettre un nom sur un visage, ami ou non, c'est tout de même important, non ? En plus, plus je la regardais, plus j'me disais l'avoir vue quelque part, mais j'arrivais pas à me souvenir où... En cours, sur le campus, dans l'académie... Oui certainement, logique même puisqu'elle est étudiante ici tout comme moi au même titre, mais non... C'était pas dans un quelconque endroit que je l'avais vue, c'était ailleurs... Mais  où?! Ça ne me revenait pas, franchement pas du tout ! Et Jiangshi qui aurait pu m'aider à ce sujet puisqu'il se souvient de tout (une vraie mémoire d'éléphant pour un esprit haut comme trois pommes !) mais c'était à compter sans lui car tant que je serais dans la forêt, il ne daignera pas bouger par peur de rencontrer une abeille ou une araignée... Ha phobie quand tu tiens quelqu'un !


Et me voilà, ayant sûrement l'air débile face à mon interlocutrice, qui doit me trouver forcément bizarre... Si elle ne me trouvait pas bizarre de par ma dégaine et les discours que je tiens depuis notre rencontre il y a quelques minutes, là c'est sûr, elle va m'y trouver clairement...

 





* : Faire la vaisselle.
** : Salle vide, pas de monde.
*** : Air triste, malheureux, implorant.
**** : Repas tel que les déjeuners ou dîners accompagnés d'un concert, comédie, spectacles divers & variés.

_________________


Ma couleur pour blablater sera #339999.
Et le blablatage de Jiangshi sera #cc99ff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melody MacKenzie

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 27/04/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: ♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫   Dim 8 Sep - 6:44

Notes Musicales Hasardeuses
feat. Styvanaellia Smicht

Quand Melody vit l'emballage plastique se mettre à briller sous les quelques faibles rayons du soleil qui filtraient d'entre les branchages, son éclat lui parut n'avoir rien à envier à celui de l'or à l'état pur. Ce n'est qu'à grande peine qu'elle réussit à se retenir de se jeter dessus et qu'elle lui prit des mains avec une relative délicatesse avant d'en déballer un d'une main fébrile. Quel qu'en soit le contenu, ça n'avait aucune espèce d'importance, tant qu'il finissait au fond de son estomac. La diète forcée n'était décidément pas une bonne idée et c'était une expérience que la chanteuse se garderait bien de réessayer. La mixture qui franchit la barrière de ses lèvres n'était pas sans rappeler ce que pourrait donner le mélange entre du thon-mayonnaise et de la confiture de framboise mais elle trouva néanmoins le moyen de s'en accommoder.

Habituée comme elle l'était à être invitée dans des palaces luxueux à toutes les grandes occasions ou encore à ce qu'elle se fasse payer une table dans quelque grand restaurant en échange d'une interview, manger une nourriture un peu moins conventionnelle et surtout moins prestigieuse pouvait parfois avoir du bon. Elle n'irait pas jusqu'à dire que ce mélange pour le moins douteux était succulent, mais le fait de pouvoir en apprécier l'originalité permettait à ses papilles de l'accepter sans broncher. Il ne lui en fallait pas plus pour se satisfaire de ce festin peu commun. Les autres seraient sans doute du même acabit, aussi était-il de toute façon préférable de se faire à l'idée qu'elle n'allait pas avaler quelque chose de très sain. Et puis, dans la mesure où il s'agissait d'un cadeau qui lui était fait par cette solitaire admiratrice, il n'aurait pas été très courtois de sa part de ne pas apprécier la nourriture.

C'était la raison pour laquelle elle prenait soin de toujours ingérer tout ce que ses fans lui avaient préparé et lui remettaient en main propre à l'occasion de l'une ou l'autre de ses séances de dédicace, même si elle n'aimait pas ou qu'elle était allergique – sans parler des crises de foie que cette alimentation superflue avait pu parfois occasionner. Mais elle était comme ça, Melody. Le coeur sur la main, et elle ne pouvait pas supporter l'idée de gâcher ce qu'on lui donnait. À plus forte raison que pour avoir vécu dans une misère relative avant de percer, elle était plus à cheval que la plupart des célébrités sur le gaspillage. Elle avait horreur de jeter quoi que ce soit qui serait susceptible de remplir le ventre d quelqu'un et il était déjà arrivé plus d'une fois de la voir donner les restes d'un plat dont elle n'avait plus besoin à des sans-abris ou encore participer à des oeuvres caritatives.

Malgré sa notoriété qui désormais s'étendait aux quatre coins du monde, elle avait su rester quelqu'un de simple. Et même si elle s'accordait quelques caprices de temps en temps, son argent et sa position sociale étaient le plus souvent employés à bon escient. Elle n'était pas une sainte, loin de là, mais elle faisait de son mieux pour que chacun ait sa chance d'avoir droit à un peu de bonheur. Même si en l'occurrence c'était surtout elle qui se réjouissait d'avoir eu droit à quelque chose à se mettre sous la dent avant de s'évanouir, et pour cela elle devait à son interlocutrice une fière chandelle. Plantant voracement les dents dans le sandwich fourré à elle-ne-sait-trop-quoi jusqu'à n'en laisser plus qu'une moitié quelques secondes après l'avoir commencé, elle adressa à celle qui lui en avait généreusement fait don un regard si chargé en émotion que l'on aurait pu s'imaginer qu'elle allait se mettre à pleurer. Il n'en fut rien.

Pfiou ! T'imagines pas la dalle que j'avais... Ça m'apprendra à oublier de prendre un petit déjeuner. Je devrais pourtant le savoir, depuis le temps, que ça ne me réussit pas. Heureusement que tu étais là, je sais pas ce que j'aurais fait sans toi. Si t'avais pas été là, j'aurais sans doute du attendre que quelqu'un s'inquiète de savoir où j'étais passée et ait suffisamment pitié de moi pour venir me ramasser. Ce n'est pas que ça me déplaise qu'on s'occupe de moi, mais je suis quand même contente d'avoir évité ça.

En disant cela, elle pensait bien sûr à son agent et accessoirement à la tête qu'il aurait tirée en devant venir la récupérer dans ce coin abandonné parce qu'elle aurait raté un des événements auxquels elle était sans cesse conviée toute la sainte journée. Autant dire qu'elle se serait fait passer un sacré savon et c'était surtout d'en être dispensée qui la soulageait au plus haut point – il était déjà assez en colère contre elle pour avoir raté la dernière séance photo parce qu'elle était trop occupée à s'ébahir devant le mignon petit chat qu'elle avait sauvé dans le courant de la semaine passée. À vrai dire, elle n'était pas tout à fait sûre de savoir ce qui l'avait le plus énervé entre ça et le fait qu'elle ait déchiré sa toute nouvelle robe en grimpant dans un arbre pour l'en délivrer. Mais elle laissa bien vite cette pensée de côté pour se reconcentrer sur le fait que sa bienfaitrice ait dit classer sa chanson parmi ses préférées. C'était toujours un honneur et il s'en fallut de peu qu'elle ne l'en remercie chaleureusement, mais la suite de sa tirade – et, avec elle, la réponse à ses questions – ne lui en laissa pas le temps. La jeune femme se fendit d'un large sourire alors qu'elle attaquait le deuxième pain avec toujours autant d'appétit, ne se laissant nullement déranger par l'étrange association de la menthe fraîche, de quelque chose qui s'apparentait à de la sauce tartare et du poulet-crudités. Elle attendit toutefois d'avoir tout avalé de sa première bouchée pour rétorquer.

C'est vrai qu'il y a beaucoup d'animaux dans cette forêt. J'ai été étonnée la première fois que je suis venu ici, j'en avais entendu parler mais je ne pensais pas que c'était à ce point. La rumeur dit qu'il y aurait même un ours dans les parages, ça fait peur, pas vrai ? Mais si c'est le cas, j'aimerais bien le rencontrer, même juste une fois. En tout cas, moi qui me demandais par quel miracle ils réussissaient à survivre si personne ne venait les nourrir, au moins maintenant je sais à quoi m'en tenir.

Et de la gratifier d'un clin d'oeil éloquent. Ce devait être quelqu'un de bien pour être à ce point aimée des animaux, elle en était désormais persuadée – même si le fait qu'elle n'ait pas hésité à lui porter secours était déjà révélateur en soi. Elle-même avait parfois droit à la compagnie des animaux lors de l'un ou l'autre de ses morceaux, selon les goûts de chacun se plaisait-elle à penser. Après tout, il n'y avait pas de raisons pour que les bêtes n'aient pas elles aussi droit à une oreille musicale et elle était même fermement convaincue qu'avec un peu de temps et de patience, elle pourrait démontrer qu'elle était même plus sensible que celle de la majeure partie des représentants du genre humain. Car à leur différence les animaux – du moins, ceux vivant dans un milieu naturel – ne connaissaient pas autant le bruit et la pollution sonore des grandes agglomérations et leur ouïe en était donc d'autant moins endommagée. Même si à son sens il ne fallait pas y connaître grand chose pour apprécier certaines de ses chansons... Mais passons.

C'est vraiment gentil de ta part. reprit-elle avec le même détachement. Ce n'est pas tout le monde qui aurait accepté de partager son repas avec une pauvre fille comme moi. Explorer toute l'île... C'est une idée intéressante, mais fais attention à ne pas te perdre. Qui donnerait de quoi manger à ces pauvres bêtes si jamais tu ne revenais pas, hein? ajouta-t-elle sur le ton de la plaisanterie. Tu es sûre d'en avoir eu assez ? Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis calée mais je me sens déjà beaucoup mieux, et si je ne te remercierai jamais assez pour ta générosité je ne veux pas non plus que tu t'empêches de manger à ta faim pour m'en faire profiter. insista-t-elle en lui tendant le troisième paquet qu'elle n'avait pas encore ouvert.

Il était déjà suffisamment gênant d'avoir à manger sur le compte de quelqu'un d'autre, à plus forte raison qu'elle aurait eu largement de quoi se payer un repas digne de ce nom si les fonds à sa disposition avaient été dans cette forêt d'une quelconque utilité. La chansonnette qu'elle avait poussé avec l'oiseau venu se poser sur elle l'avait confortée pour de bon dans l'idée que cette île regorgeait de gens formidable et qu'elle n'était tout compte fait qu'une jeune fille bien banale en comparaison. Et même si ce n'était qu'une coïncidence d'être tombée sur elle alors que ça aurait pu être n'importe qui, elle était tout bonnement enchantée d'avoir pu grâce à sa mésaventure faire la rencontre d'une personne remarquable. Pour le peu qu'elle avait pu voir, sa nourricière était plus à l'aise avec les animaux qu'avec les humains. Pour autant, elle ne les détestait pas.

Je m'appelle Melody. Je suis chez les Jaune Râ. Je sais que ça ne se voit pas comme ça, mais j'avais envie de porter quelque chose d'autre pour une fois. C'est pas tous les jours qu'on nous en donne le droit, alors... Enfin, qu'est-ce que je raconte. T'es une fille, alors je suppose que toi aussi tu peux le comprendre parce que tu connais ça. La veste jaune vif, ça va bien cinq minutes !

Les relations sociales ne devaient pas être son fort - probablement parce qu'elle n'avait pas encore l'habitude. Rien ne lui permettait d'en juger, mais Melody s'était déjà révélée plus d'une fois douée pour cerner les gens et avait foi en son regard perçant. Elle saisit solidement la main qui lui était proposée pour se relever et en profita pour la serrer au passage, sa mine ne s'en faisant que plus radieuse. Ferait-elle le rapprochement ? Il y avait des chances, mais peut-être pas. Son prénom était peut-être le même, mais ce n'était toujours qu'un prénom – et un relativement courant, qui plus est. Même si Melody ne faisait rien pour cacher délibérément son identité, comment l'esprit de son interlocutrice, si ouvert soit-il, pourrait-il concevoir que l'une de ses idoles se trouvait en face d'elle à lui parler de la pluie et du beau temps tout en mangeant ces sandwichs infâmes que proposait « généreusement » la cafétéria de l'école ? Son école de surcroît. Quelles étaient les chances pour que ce soit au final une seule et même personne alors qu'elle se présentait devant elle en toute simplicité, débarrassée de tous ses artifices ? Sans doute trop minces pour que son esprit puisse ne serait-ce qu'entrevoir l'ombre de la vérité. Mais sait-on jamais, une surprise était toujours possible.

Citation :
Désolée pour le retard monumental, j'espère que ça te plaira néanmoins.

_________________

La Musique donne une Âme à nos Coeurs et des Ailes à la Pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 
♪ ~ Notes Musicales Hasardeuses - [PV Melody MacKenzy] ~ ♫
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il Kwon ▲shine bright like a diamond.
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Tableau des notes |4EMES ANNEES|
» Ptites trouvailles musicales
» Les Institutions Musicales à la Cour de Louis XIV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yu-Gi-Oh! GX RPG :: L'île de la Duel Académie ! :: La forêt :: Forêt dense-
Sauter vers: